Journée internationale de la fille: “Une fille de moins 15 ans est mariée toutes les 7 secondes

Dakar, Sénégal – Dans le cadre de la célébration de la 11ème Journée internationale de la Jeune fille, l’ONG internationale « Save the Children » révèle  dans un communiqué rendu public ce mardi qu’ une « fille de moins de 15 ans est mariée toutes les sept secondes dans le monde ».


fille-yemenMettant  en exergue l’ampleur de la menace que fait peser le mariage d’enfants sur l’éducation, la santé et la sécurité des enfants, “Save the Children” affirme que des filles de 10 ans à peine sont mariées, souvent à des hommes beaucoup plus âgés, dans des pays comme l’Afghanistan, le Yémen, l’Inde et la Somalie.

Selon un nouveau rapport publié  par “Save the Children” et intitulé « Aucune fille oubliée: libre de vivre, libre d’apprendre, à l’abri de la violence », un indice des pays classés du meilleur au pire a été établi au sujet de la situation des filles et sur la base des indicateurs relatifs notamment aux mariages d’enfants, à la scolarité, aux grossesses d’adolescentes, aux décès maternels et au nombre de femmes siégeant au Parlement.

Beaucoup de pays africains tels le Niger, le Tchad, la République centrafricaine, le Mali et la Somalie, qui ont des taux élevés de mariages d’enfants figurent tout à fait en bas de l’indice, tandis que la Suède, la Finlande, la Norvège, les Pays-Bas et la Belgique sont parmi les mieux classés.

Les filles, en Sierra Leone, font partie des enfants les plus enclins au monde à devenir des filles-mères, 28% de ces filles âgées de 15 à 19 ayant déjà accouché ou portant une grossesse, alors que ces filles de bas âge sont touchées par 40% des décès maternels survenus dans ce pays.

Par ailleurs, 109 filles sont contraintes de se tourner vers la prostitution comme stratégie économique, surtout durant la crise d’Ebola,  non sans exposer ces jeunes mères aux blâmes, à la stigmatisation, voire à l’exclusion de leurs communautés

A cet effet, “Save the Children” travaille en collaboration avec  la Première Dame de Sierra-Leone, pour lutter contre les grossesses précoces, en encourageant la participation des chefs traditionnels.

En Tanzanie, 37% des femmes âgées de 20 à 24 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans. Dans la zone rurale, certaines filles sont mariées à 11 ans dans ce pays qui a également le taux de fécondité des plus élevés du monde.

A cet effet, pour lutter contre les grossesses précoces “Save the Children” entreprend des campagnes destinées à mettre fin aux tests de grossesse dans les écoles, dans le but de s’assurer que les filles enceintes, ainsi que celles qui sont mariées continuent leurs études et améliorent leur Santé sexuelle et de reproduction à la faveur du système scolaire.

Au Nigeria, 40 % des filles les plus pauvres sont mariées avant 15 ans, par rapport à 3 % des filles les plus riches.

En revanche, le Rwanda jouit du pourcentage le plus élevé au monde (64%) pour ce qui concerne la représentation des femmes au sein des institutions nationales,  tel le  Parlement, tandis que les cinq pays africains les mieux classés dans l’index viennent après les 30 meilleurs, tous indicateurs confondus. Ce sont : l’Algérie, (31ème), la Tunisie (33ème ),  le Rwanda (49ème), la  Namibie (72ème) et l’ Egypte (83ème).

«Le mariage précoce inaugure un cycle de handicaps qui prive la fille des droits les plus fondamentaux, à savoir apprendre,  s’épanouir et se sentir enfant », indique Helle Thorning-Schmidt, Directeur général de “Save the Children International”,  qui estime que les filles mariées trop tôt ne peuvent pas aller à l’école et sont plus susceptibles d’être victimes de violences domestiques, de maltraitance et de viols.

Le rapport révèle également que les filles touchées par les conflits risquent davantage de devenir des enfants mariées. En effet, de nombreuses familles de réfugiés marient leurs filles pour les protéger ou en tant que mécanisme d’adaptation.

Il convient de rappeler que la communauté internationale s’est engagée à mettre fin aux mariages d’enfants d’ici à 2030; mais si les tendances actuelles se maintiennent, le nombre total de femmes mariées pendant l’enfance passera de plus de 700 millions aujourd’hui à environ 950 millions en 2030 et à 1,2 milliard en 2050.


Copyright PANAPRESS

logo-1-ff-blanc

Octobre 2016