Les hommages affluent pour la femme qui avait accusé Jacob Zuma de viol

CORNEL VAN HEERDEN

Le Cap, Afrique du Sud – Les hommages affluent pour l’accusatrice du président sud-africain, Jacob Zuma, décédée ce week-end des suites d’une courte maladie.

Fezekil “Khwesi” Kuzwayo avait été obligée de s’exiler après le procès pour viol duquel le président Zuma était sorti blanchi mais humilié en 2006. Mme Kuzwayo, séro-positive, était une proche du président Zuma, qui avait passé environ 10 ans sur Robben Island avec son père, Judson Kuzmayo, membre de l’ANC.

A l’annonce des résultats des élections municipales de 2016 au mois d’août, quatre femmes avaient organisé une manifestation silencieuse pour soutenir Mme Kuzwayo devant le président Zuma alors qu’il prononçait son discours.

Cette manifestation silencieuse #RememberKhwezi, avait pour but de sensibiliser sur le sort des victimes de viol en Afrique du Sud et de rappeler l’histoire de Khwezi dix ans après l’acquittement du président Zuma.

L’ex-ministre de la Défense, Ronnie Kasrils, qui était resté proche de Mme Kuzwayo durant tout le procès pour viol, a qualifié son décès “d’extrêmement triste”.
L’association de lutte contre le viol One in Nine l’a qualifiée de véritable source d’inspiration. “Elle était une féministe, une militante, une enseignante, une sœur, une amie, une collègue qui a inspiré ses proches et les femmes qui la connaissaient sous le nom de Khwezi. Elle nous a rappelé et nous rappellera toujours de toujours dire la vérité au pouvoir”, a déclaré l’association dans un communiqué.
Le président Zuma n’a pour sa part pas réagi.


Copyright  PANAPRESS

logo-1-ff-blanc

Octobre 2016