Le rôle du sport dans la promotion et l’autonomisation de la femme mis en avant aux JO de Rio

Le président du comité international olympique (CIO), Thomas BACH, a effectué une visite au centre de réunion des olympiens mis en place par l’association mondiale des olympiens (WOA) à Rio de Janeiro, tenant à souligner l’influence que le mouvement olympique exerce et peut continuer à exercer sur l’autonomisation et la promotion de la femme.

thomas-bach

Au cours d’un événement organisé au Centre de réunion des olympiens par Ernst & Young (EY) intitulé Women. Fast Forward, le président du CIO, Thomas Bach, le président de la WOA, Joël Bouzou, et l’olympienne Donna de Varona, ayant participé deux fois aux Jeux et membre de la commission femmes dans le sport, ainsi que d’autres grandes olympiennes, cheffes d’entreprise et dignitaires, ont rendu hommage à quelques-unes des sportives les plus accomplies et réaffirmé le rôle du sport dans la promotion de la femme aux postes de direction.

“Les femmes athlètes sont des modèles d’inspiration,” a déclaré le président Thomas Bach. “Personnellement, les premières impressions que j’ai eues de championnes telles que Wilma Rudolph ont forgé mon opinion sur l’égalité des sexes.”
reunion-cioNommé ambassadeur du mouvement “HeForShe” par l’organisation ONU Femmes, Thomas Bach a ajouté : “Si la participation des femmes aux Jeux Olympiques a régulièrement augmenté, nous avons conscience que nous devons continuer à montrer l’exemple et à promouvoir l’accession des femmes aux postes élevés dans les organes dirigeants du Mouvement olympique. Par l’action de notre commission chargée de la femme dans le sport et à travers nos programmes éducatifs et de formation ciblant particulièrement les femmes dans le sport, nous faisons en sorte que les femmes athlètes se voient offrir les meilleures chances possibles de réussir en tant que futures dirigeantes et ambassadrices du sport.”



donna-de-veronaDonna De Verona
, double championne olympique et première présentatrice de journal sportif télévisé, s’est exprimée à l’occasion de cet événement : “Les olympiens sont une richesse . […] Les femmes athlètes passent leur vie à acquérir et perfectionner de précieuses compétences. Nous savons cela; qu’elles le sachent ou non, le monde a besoin d’elles en dehors des terrains de sport.”

Citant l’initiative “One Win Leads to Another”, lancée par ONU Femmes et soutenue par le CIO, des appels ont été lancés en faveur de la coopération, de la création de partenariats afin de contribuer à rendre le sport plus accessible aux jeunes filles. En outre, dirigeants du monde des affaires et du milieu sportif ont été encouragés à miser sur les femmes athlètes souhaitant se reconvertir.

L’une des intervenantes, Beth Brooke-Marciniak, vice-présidente du géant de l’audit Ernst & Young et dirigeante du réseau professionnel de femmes athlètes de l’entreprise, ajoute : “Nous avons besoin de plus de femmes aux postes à responsabilités, dans tous les secteurs, universitaire, public, privé et sportif. L’agenda olympique 2020 rappelle l’engagement à construire un monde meilleur à travers le  sport. Je pense qu’en poursuivant nos efforts en faveur de l’accession des femmes aux postes de dirigeantes après le sport, nous construisons un monde du travail encore meilleur.”

Depuis la première apparition des femmes aux Jeux Olympiques en 1900, le Mouvement olympique a fait de grands progrès en termes de représentation féminine sur le terrain. Aux Jeux de 2012 à Londres, des femmes concouraient pour la première fois dans tous les sports et chaque délégation nationale comptait au moins une femme. Le nombre total d’athlètes a par ailleurs approché la parité parfaite avec près de 45 % de femmes parmi les athlètes. Aux Jeux de Rio 2016, on devrait se rapprocher encore de l’équilibre parfait.


Source Comité international olympique cio

logo-1-ff-blanc

Septembre 2016